Salle 1

De l’Antiquité au Moyen Âge

(de 10 ans avant J-C au XVe siècle)

Depuis la plus haute antiquité, entre 10 ans avant et 300 ans après J.-C, l'homme a utilisé le Tarn pour commercer avec l'Europe ! Vers le IIe siècle après J.-C., la navigation sur le Tarn devient plus importante. Transport de très nombreuses poteries, vaisselle en céramique sigillée fabriquée sur les bords du Tarn dans les ateliers de Montans. Puis s'ajouta le transport du vin depuis Albi et Gaillac à l'époque gallo-romaine grâce aux amphores vinaires fabriquées à Montans. Poterie en sigillée dont Pline l'ancien disait : "Cette Marchandise, toute fragile qu'elle est, se transporte par terre et par mer en divers pays, avec la marque de l'ouvrier et du lieu où elle a été faite, ce qui rend célèbres par toute la terre jusqu'aux ateliers et aux fourneaux des ouvriers ». Tout ces chargements étaient transportés par voie fluviale vers les provinces de l'Empire Romain ainsi que sur toutes les façades de l'atlantique, en passant par Bordeaux sur des barques tirées le plus souvent par des mulets ou par des hommes.

Le Villemurois : un environnement favorable à l'implantation humaine ?
  • Au second siècle avant J-C, les Volsques et les Tectosages dominaient un vaste territoire de Toulouse à Perpignan. Avec les Aquitains, les Ibères et les Grecs, toutes ces populations seront à l'origine de nos villages. Les grecs de Marseille se sentant menacés par les peuples voisins et font appel à Rome. Dès lors, le rouleau compresseur des armées romaines va s'étendre très vite jusqu'à chez nous. Le proconsul Domitius s'empare de Tolosa, capitale des Tectosages en 118 avant J C et il trace les limites de la première province romaine hors d’Italie. A cette époque l'homme utilisait des radeaux, des pirogues, des bateaux pour se déplacer, pêcher, transporter des denrées ou des matériaux.
  • Les Gaulois arrivent. Les vallées du Tarn et du Tescou sont une zone de rencontre entre les diverses peuplades qui profitent de cette richesse : L’EAU
  • Vers 121 avant J-C la république romaine colonisera les territoires s'étendant des Alpes aux Pyrénées. Le villemurois vivra dès lors à l'heure de Rome et développera son transport fluvial.

Bas-relief de Cabrières-d'Aigues Musée Calvet d’Avignon avec la première représentation connue de tonneaux. Exposé au Musée Calvet d'Avignon. La scène montre deux esclaves halant une barque dirigée par un nautonier, dans celle-ci deux barriques cerclées et, positionnées au-dessus, quatre amphores à fond plat avec trois autres récipients ressemblant à des bonbonnes.

Les débuts de l'utilisation de la rivière Tarn.
© Extrait du livre Au temps des Gaulois - La vie privée des hommes.

© Extrait du livre Au temps des Gaulois - La vie privée des hommes.

 © Extrait du livre Au temps des Gaulois - La vie privée des hommes.

© Extrait du livre Au temps des Gaulois - La vie privée des hommes.

 Bas-relief gallo-romain représentant une scène de halage © Musée Calvet d'Avignon

Bas-relief gallo-romain représentant une scène de halage © Musée Calvet d'Avignon

Présence humaine le long du Tarn à l'époque préhistorique et gallo-romaine.

BIRACATUS

© Musée de Millau

Poteries Sigillés ⁽¹⁾ © Musée de Millau

Maquette d'un port romain.

Vers le IIème siècle après J.-C., la navigation sur le Tarn devient plus importante, avec le transport de très nombreuses poteries, et vaisselle en céramique sigillée fabriquée sur les bords du Tarn dans les ateliers de Montans (200 potiers y travaillaient), et autres villes longeant la rivière.
Puis s'ajouta le transport du vin depuis Albi et Gaillac à l'époque gallo-romaine grâce aux amphores vinaires fabriquées à Montans.
Il est difficile de trouver des éléments pour définir le volume des matériaux transportés à l'époque gallo-romaine.

Chaland romain.

Tous ces chargements étaient transportés par les chemins fluviaux vers les provinces de l'Empire Romain ainsi que sur toutes les façades de l'atlantique, en passant par Bordeaux sur des barques à fond plat, à bout carré et à bordage parallèle q'ils faisaient tirer le plus souvent par des mulets ou des hommes.

Tous ces chargements étaient transportés par les chemins fluviaux vers les provinces de l'Empire Romain ainsi que sur toutes les façades de l'atlantique, en passant par Bordeaux sur des barques à fond plat, à bout carré et à bordage parallèle q'ils faisaient tirer le plus souvent par des mulets ou des hommes.

(1) Vaisselle travaillée à l'aide de poinçons d'argile (sigilla en latin), au vernis rouge fabriquée par milliers d'exemplaires et très appréciée des romains.