Salle 0

La Préhistoire

(barques et pirogues monoxyles)

La navigation sur le Tarn, est certainement aussi ancienne que l'implantation des hommes sur ses rives.

 

 

plan_pirogue

Présence humaine le long du Tarn à l'époque préhistorique

Les nombreux indices relevés depuis un siècle dans les labours du Villemurois montrent que ce terroir fut parcouru par des hommes et des femmes depuis des millénaires.

Les premières traces de leur présence sur les terrasses du Tarn ont été découvertes il y a peu de temps. Des quartzites taillées près de Villemur entre Fabas et Fronton, 2 500 grands outils et plusieurs milliers d'éclats témoignent de la présence humaine. Durant un million d’années, de grandes périodes glacières sèches et froides et d'autres chaudes et humides se succédèrent à plusieurs reprises, mais l'homme sut chaque fois s'adapter. Il pouvait occuper des abris sous- roche le long des coteaux exposés au sud-est ensoleillé ou bien il dressait ses campements provisoires sur les terrasses du Tam et de ses affluents. Il y taillait des galets roulés par nos cours d'eau, comme les bifaces en quartzite et en quartz. Vers 10 000 ans avant J-C, le climat se radoucit. Vers le cinquième millénaire avant J-C, les migrations de peuples néolithiques d'Orient vers l'Occident vont transformer les modes de vie jusqu'à dans le villemurois avec la domestication des animaux et la pratique de l'agriculture, ils se sédentarisent. De grands outils et plusieurs milliers d'éclats témoignent de la présence humaine.

Bifaces

Bifaces

Le Villemurois : un environnement favorable à l'implantation humaine ?

Les hommes du néolithique, hommes de pierre polie à l'origine de l'agriculture et de la domestication du bétail, sont bien attestés à Reyniès, Corbarieu et Villemur ou on a découvert dans les labours des haches polies et des hachoirs. A la fin de l'âge de bronze vers 800 avant J.-C., les hommes se protègent sur les hauteurs des coteaux en se fortifiant. Les villages ainsi créés ont besoin de pratiquer des échanges entre eux. Pour cela ils se rapprochent de la rivière, non seulement pour la pêche mais aussi pour la facilité des transports de marchandises lourdes et encombrantes.
Des peuples : Celtes et Volques tectosages finiront par se fixer dans notre région et cohabiteront avec les indigènes issus du néolithique; pour preuve il a été retrouvé sur le coteau dominant Villemur plusieurs objets en bronze dont une pointe de lance en parfait état de conservation